« L’exclu est toujours associé à des images de désordre. Il se présente essentiellement sous la forme d’un passeur de limites, brouillant tout ce qui différencie, classe et ordonne : il est le négatif qui oppose une logique du contradictoire ou de l’ambigu à la logique de l’ordre. Il est un reste, un supplément, un excédent. Il révèle une brisure de l’unité, une perte d’appartenance. (…) il est une anomalie, au sens que lui donne Mary Douglas, c’est-à-dire un élément qui ne s’intègre pas dans un système donné. Et la confrontation à l’anomalie est désagréable : elle suscite la peur et l’évitement. »

D. Lhuilier, Placardisés: des exclus dans l’entreprise, Paris, 2002


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.