Intensification du travail et mobilité : Amossé & Gollac

Amossé & Gollac, « Intensité du travail et mobilité professionnelle », Travail et emploi, 2008

URL :  http://travailemploi.revues.org/2307

Mots-clefs : Contraintes industrielle / marchande, flexicurité, hiérarchie, inactivité, intensification du travail, intensité, latitude décisionnelle, maladie professionnelle, mobilité ascendante / descendante / horizontale / verticale, moyens organisationnels / personnels, organisations hybrides, pénibilité, souffrance au travail, statistiques

Résumé : les auteurs étudient, en termes statistiques, la corrélation entre intensité du travail et mobilité des salariés durant leur carrière. Ils mettent en évidence l’existence d’un lien fort entre les deux.

Intensité : Compris ici dans le cadre des formes contemporaines / émergentes d’organisation du travail. Contraintes de rythmes, modalités de l’activité qui ont à voir avec :

  • La complexité du travail quand la conciliation entre la régularité qualitative / quantitative de la production et la réponse aux fluctuations qualitatives / quantitatives de la demande revient (entièrement ou partiellement) aux salariés (modèles flux tendus, just in time).
  • Le changement organisationnel, par l’effort d’apprentissage et d’ajustement qu’il nécessite
  • La pression sur le rythme de travail exercée par « les contrôles ou surveillances au moins quotidien de la hiérarchie ». Ce dernier point est celui qui est le plus fortement associé à la mobilité.

Concerne de plus en plus de salariés. Dans les années 80 : env. 25%/ dans les années 90 : env. 50%

  • En début de carrière, l’intensité du travail favorise les mobilités horizontales ou ascendantes
  • En milieu de carrière, l’intensité du travail favorise les mobilités descendantes
  • Pour les plus âgés, un travail trop intense conduit à l’inactivité.

L’intensité fait diverger les carrières : « Une forte intensité crée une forte divergence entre ceux qui réussissent à y faire face et leurs collègues moins chanceux »

  • Une forte intensité du travail ne semble donc pas compatible avec la construction de parcours professionnels satisfaisants pendant toute la durée de la vie active, et pourrait finir par poser problème dans une société vieillissante.

On observe globalement plus de trajectoires ascendantes que descendantes, mais les descendantes sont subjectivement plus marquantes pour les salariés. Au final, une intensité trop forte pourrait avoir un effet négatif sur le bien-être et la motivation des salariés.